Je predis

Je Prédis

La prédiction par les tarots : le second coup de 17 cartes

On mélange les 78 cartes que l’on fait couper. On étale en rond les premières cartes, en allant de droite à gauche, c’est-à-dire dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. On procède à la lecture de ces cartes selon qu’elles se présentent droites ou renversées. Puis on consulte la première et la dernière carte du paquet restant : la 18e et la 78e carte.

D’après Etteilla, ces deux cartes ont une importance primordiale car c’est grâce à elles que le cartomancien peut savoir s’il est en communion intellectuelle avec son client. Pour établir cette communion intellectuelle, sans laquelle la révélation de l’avenir est absolument impossible, il est nécessaire qu’un rapport étroit unisse le consultant et le cartomancien. Avant de passer à d’autres systèmes, il nous faut nous arrêter à présent sur la valeur mystique que l’on accorde à certains chiffres, ceux-ci étant dotés d’une puissance surnaturelle qui influe fortement sur la signification des cartes et sur l’orientation générale de la consultation.

Le chiffre 3 représente une valeur mystérieuse par excellence car il réunit à lui seul l’unité, le 1, qui désigne l’Etre unique, le Tout, l’Essence, c’est-à-dire Dieu, puis le 2 représentant l’Homme, c’est-à-dire l’être le plus parfait de la création, et enfin le 3 qui désigne la création de toute la nature physique, la matière dans ses constituants essentiels. C’est pourquoi le chiffre 3 est le premier des nombres mystiques sortis du chaos qui précède la création. Dans la cartomancie, on retrouve partout le rythme ternaire sur lequel fonctionnent toutes les combinaisons de cartes, la triade servant toujours d’unité quels que soient les types de jeux et les méthodes que l’on utilise ; en effet, si l’on prend, par exemple, les tarots, on s’aperçoit que les 21 premières cartes, c’est-à-dire les arcanes majeurs, correspondent au chiffre 7 multiplié 3 fois ; ajoutons à ces 21 cartes, le tarot du Fou, le 0, soit 22 lames, plus 16 autres figures mineures qui précèdent les séquences, plus les 40 séquences : on obtient alors trois nombres dont la formule algébrique est la suivante : 22 + 16 + 40 = 78, nombre qui correspond au total des tarots.

De la triade 21 découle naturellement le nombre quaternaire 14 et, en effet, si nous effectuons la somme 14 + 14 + 14 + 14, nous obtenons 56. Or 56 + 21 = 77 ; à ces 77 ajoutons maintenant le Fou : nous obtenons 78. Le 0 du Fou est une allégorie du grand cercle des actions et des folies humaines. Le 7 est formé par la triade et par le quaternaire, 3 + 4 = 7 ; et les 21 premiers tarots nous donnent 7 + 7 + 7 = 21. Voyons à présent pour quelles raisons le jeu de tarot se compose de 78 cartes, au lieu de 77.

Les savants de l’Antiquité nous fournissent l’explication suivante : la triade 3 représentait les 3 grands cercles célestes, c’est-à-dire l’horizon, l’équateur et le méridien, ces 3 cercles étant coupés par 6 sections se terminant en 6 points qui, ajoutés au point central, donnaient le chiffre 7. Ils virent ensuite que ces trois cercles se divisaient en 8 segments égaux : ils mirent alors un 8 après le 7 et obtinrent ainsi le nombre 78 qui correspond au nombre des tarots.

Mais il existe une seconde raison à ce choix du nombre 78 : partant de leur alphabet arithmétique 1, 3, 4, 7, les anciens le réduisirent à 1, 4, 7 et virent alors que cette triade formait le nombre 12, puisque 1 + 4 + 7 = 12 ; ayant ensuite cherché le nombre triangulaire de 12, ils découvrirent que 1 + 2 + 3 + 4 + 5 + 6 + 7 + 8 + 9 + 10 + 11 + 12 = 78. Enfin ce choix repose sur un troisième motif : le livre de Thot, représentant la sphère universelle, devait se trouver en rapport avec les 360 degrés qui constituent le cercle ; en décomposant le nombre 78 de la façon suivante : 78 + 87 + 7 + 8 = 180, on obtient la moitié des degrés composant ce grand cercle : la seule moitié qu’il soit possible à l’homme d’embrasser en un même instant. Le chiffre 12 est lui aussi un nombre mystique car 1 + 4 + 7 = 12. Ce nombre renferme les 6 cartes des choses célestes, les 6 de la création parfaite et les 4 vertus cardinales : justice, tempérance, force et prudence.

Les nombres mystiques sont par conséquent 3, 7, 12, 14, 21, 28, 35, 42, 49, 56, 63, 70, 77. Voici leur signification. 3 et 7 : voyage heureux sur mer. La jeune fille épousera un homme blond, fortuné, qui sera l’élu de son coeur et qui saura la rendre heureuse. 12 et 14 : la prudence vous sauvera des ennemis de Dieu et des hommes. 21 et 28 : rupture avec la personne aimée mais un voyage viendra tout arranger et le bonheur sera plus grand encore qu’auparavant. 35 et 42 : l’ami que l’on croyait perdu est resté fidèle. 49 et 56 : vie heureuse ; vous serez acclamé à l’unanimité et ces louanges ne vous attireront ni envie ni jalousie et ne feront l’objet d’aucune médisance. 63 et 70 : courage et beauté vous feront triompher de tout. 70 et 0 : le bonheur le plus parfait. Le tarot n° 77 et le 0, le Fou, forment la « grande puissance » sous la protection du soleil. Ces rencontres, qui sont toujours extrêmement favorables, font perdre aux autres tarots la plus grande partie de leur valeur funeste ou de leur mauvaise influence.

Tous les articles sur Tarots