Je predis

Je Prédis

Signification du majeur

Le majeur ou doigt de Saturne

C’est un doigt très important car c’est celui qui marque le destin et la personnalité de l’individu. On y trouve également toutes les indications concernant l’intelligence, la mémoire, la curiosité, les capacités intellectuelles. A partir de l’examen des signes du majeur, nous pouvons établir si le sujet est chanceux ou pas, sceptique ou confiant, décidé ou hésitant, et également s’il est superstitieux. De plus, s’il est optimiste, ou pessimiste, s’il est orgueilleux, timide, bon, méchant, violent ou calme.

Le majeur mince et effilé Le sujet a peu de chance dans tout ce qu’il entreprend. Quoique très orgueilleux, il possède une grande bonté d’âme. S’il triomphe dans son travail, cela est dû à ses capacités, non à la chance.

Le majeur court L’individu est peu sûr de lui. Les qualités qu’il possède sont la bonté, l’intelligence et la volonté, souvent entravées par son extraordinaire timidité. Il inspire sympathie et amitié.

Le majeur grossier et carré Ces individus font preuve d’honnêteté, d’une volonté de fer, de goût pour le travail, de fermeté de caractère, de cordialité.

Le majeur spatulé Il indique pessimisme, manque de confiance dans la vie et dans le genre humain, révolte. Nous avons affaire à des personnes qui souffrent de la manie de la persécution et qui ne savent pas toujours ce qu’elles veulent. Les femmes rendent leur partenaire malheureux. Elles sont superstitieuses jusqu’au ridicule. Les hommes sont contestataires et rebelles par nature. Si la forme spatulée est exagérée, les défauts indiqués sont encore plus prononcés : désespoir et tempérament tyrannique.

Le majeur noueux Les sujets sont pessimistes et sceptiques, mais très réfléchis, constants et intelligents. Il n’est pas rare que, par le raisonnement, ils arrivent à surmonter les crises de tristesse qui les envahissent et à reprendre confiance en euxmêmes.

Le majeur lisse et sans signes Il est le signe d’une intelligence assez exceptionnelle, et plutôt scientifique. Les individus qui possèdent un tel majeur sont destinés à la réussite et au succès, ils sont sympathiques et spontanés. Leur vie familiale est toujours réussie.

Le majeur gros Il indique pédanterie, manque de confiance dans les autres, goût pour la philosophie et les raisonnements abstraits. Les femmes sont des mères aimantes et très tendres. Les hommes sont méfiants et soupçonneux.

Le majeur mince Cela signifie spiritualité, pensées élevées, mais aussi inflexibilité. Les individus sont bons et en général sont pourvus d’une grande rigueur morale.

Le majeur pointu Le sujet est frivole, un peu fat, il aime les choses belles et raffinées ; il est généreux mais peu fiable.

Le majeur large et tordu La personne est querelleuse, violente et parfois révoltée. D’une façon ou d’une autre, elle va toujours à l’encontre de problèmes.

Le majeur tourné vers l’index Ces sujets ont un orgueil et une ambition démesurés. E´ tant donné leur caractère épineux, les hommes comme les femmes ne font pas de bons conjoints.

Le majeur incliné vers l’annulaire Il s’agit d’êtres privilégiés car la nature les a dotés d’un sens artistique et d’un sens de l’humour hors du commun. Ils font preuve d’une grande capacité pour aimer. Ils sont sympathiques, cordiaux et ont un tempérament ouvert.

Les phalanges du majeur

Première phalange

Elle comporte les signes du scepticisme, de la superstition, de la mélancolie et du pessimisme.

■ Pointue : elle signifie équilibre et bon sens. Le sujet a bien les pieds sur terre, mais a une certaine tendance à la tristesse. Comme il est intelligent et capable, il parvient à occuper des postes de grand prestige ; mais cela ne lui monte pas à la tête. Les sujets sont extrêmement ponctuels, exacts et honnêtes. Ils parviennent à modérer la mélancolie de leur caractère par une vie sociale professionnelle et familiale intense.

■ Carrée : elle est le signe de beaucoup de sérieux et d’honnêteté, mais aussi d’inflexibilité et d’intolérance pour les erreurs des autres. Les sujets sont passionnés et exigeants. Un peu traditionalistes. Ils sont très actifs, cordiaux et sympathiques avec leurs amis. Ils choisissent des professions qui requièrent l’emploi de la force physique.

■ Courte : c’est la caractéristique des fatalistes, de ceux qui acceptent le destin avec résignation. Apathiques, ils ne sont ni vainqueurs ni vaincus. Ils ne sont pas nés pour commander, mais plutôt pour obéir, même au foyer, car ils n’ont pas de grandes exigences.

■ Très longue, avec la partie charnue replète : le sujet est très prudent car il est méfiant. De plus, c’est un être triste, pessimiste, superstitieux et sujet à de fréquentes crises de nerfs.

■ Longue mais grosse (pas grasse) : c’est un signe néfaste : d’abattement moral. Le sujet n’est jamais tranquille, ni calme, même s’il a des raisons de l’être. Il craint la mort, les maladies, la faim, la misère. En un mot, il a une tendance à rendre les autres et lui-même malheureux. Il est intelligent mais manque d’enthousiasme pour travailler avec efficacité.

■ Avec l’extrémité arrondie et le bout charnu : ces signes sont ceux du courage, de l’audace, de l’esprit d’initiative, de l’amour de l’aventure (dans le bon sens du terme) et, parfois, de l’inconscience. De telles personnes ne se découragent jamais ; elles voient en toutes choses le bon côté, l’aspect passionnant. Elles aiment profondément leur famille. Elles ont beaucoup d’amis et apparaissent à tout moment comme des êtres sympathiques et généreux.

■ Mince : il s’agit de sujets sceptiques, et parfois ennuyeux. Ils s’éloignent de leurs amis et connaissances à force de leur raconter leurs malheurs. Ils peuvent se trouver seuls sauf s’ils côtoient des personnes gaies et optimistes.

Deuxième phalange

Elle porte les signes de l’intelligence, de l’amour des sciences, des animaux et de la nature, et en plus du sens pratique.

■ Longue : indique réserve, mélancolie, manque de fantaisie, réflexion. Les sujets lisent beaucoup, mais préfèrent les livres qui traitent des thèmes pathétiques. Ils ne sont pas du tout cordiaux ; ils parlent peu en famille. Ils n’ont pas d’amis mais ne le regrettent pas.

■ Courte : le sujet manque de sens pratique et se montre toujours indécis. Il préfère le travail de bureau, mais reste sans grandes aspirations.

■ Replète : c’est le signe d’une certaine tendance aux études scientifiques. Ce sont des sujets studieux et méticuleux.

■ Mince et sèche : mêmes caractéristiques que la précédente, mais plus accusées.

Troisième phalange

Elle représente la possibilité d’apprendre et le sens pratique.

■ Longue : elle démontre un grand amour de l’argent et une certaine avarice. Les sujets sont perfectionnistes, mais attention à ne pas leur donner trop d’indépendance ! Ils finiraient par chercher leur propre intérêt plutôt que celui de la personne qui leur a confié le travail.

■ Courte : ce sont des personnes économes sans être avares. Elles sont généreuses, aimables, drôles, sympathiques. Les individus administrent sagement le patrimoine familial, mais sans que leur famille ait à en souffrir. Ils parviennent ainsi à amasser une fortune relative.

■ Très courte : ces individus font preuve d’une avarice sordide.

■ Replète : ce sont des personnes merveilleuses ; sympathiques, gaies, sociables, généreuses jusqu’à l’excès, loyales, cordiales et charitables. Elles n’ont pas toujours de chance, mais sont entourées de beaucoup d’affection et d’estime. Elles sont ordonnées et consciencieuses, mais jamais ennuyeuses. Trop généreuses, ces personnes ont de la peine à s’affirmer dans le domaine professionnel, mais finissent par s’imposer.

■ Mince et sèche : l’infortune les poursuit souvent. Malgré tout, ils reconstruisent ce que détruit le destin et recommencent car leur patience est sans limites.

Tous les articles sur Chiromancie