Je predis

Je Prédis

Le jeu par 13

On bat les cartes et on fait couper le jeu de la main gauche par le consultant ; on procède ensuite à la distribution. On commence par mettre de côté la carte du consultant, puis on prend la 1re carte du paquet posé à l’envers et on la retourne sur la table ; de même, on retire du paquet la 13e carte, la 26e et la 39e, puis on retire à nouveau la 1re carte du paquet, la 13e et la 26e, opérations que l’on repète encore 2 fois : ce qui fait un total de quatre opérations au terme desquelles on aura choisi 13 cartes (sans compter la carte-sujet).

On peut alors commencer à lire la signification des cartes en respectant l’ordre dans lequel elles ont été tirées. Nombre de gens estiment qu’il est préférable de laisser dans le jeu la carte du consultant, afin que celui-ci entre de lui-même et naturellement sur la scène du jeu, parmi les autres cartes (nous partageons nous aussi cette opinion). Néanmoins, pour ce qui est du jeu par 13, nous estimons qu’il est nécessaire, pour la bonne marche du jeu, de désigner préalablement la carte-sujet et de la disposer à l’écart du reste du jeu. L’intéressé aime se voir d’emblée comme acteur-sujet et essaie toujours de saisir un sens de lui-même, bien que, au moment de la réponse, sa volonté soit presque toujours dominée par le cartomancien, par des sentiments divers et par les cartes « qui parlent ».

Donnons un exemple : le consultant est une personne riche et influente. Le jeu se présente sous un jour exceptionnellement favorable avec une absence de cartes de pique. Les carreaux sont prédominants : par conséquent, la consultation est assurément favorable aux affaires (le consultant est un homme âgé qui consacre son temps à des opérations financières), sans pour autant exclure les sentiments (présence de trois cartes de coeur, dont le roi et le valet qui sont des figures importantes, tandis que la troisième, le 6, est la carte annonçant les fiançailles et le mariage). De plus, trois belles cartes de trèfle garantissent la réussite (7 de trèfle) et annoncent deux voyages dont l’un (2 de carreau) d’intérêt, l’autre venant couronner le succès du précédent. Dans la vie de cet homme, au moment de la consultation, ne figure aucune femme.

Par ailleurs, le jeu est tout à fait remarquable par le redoublement ou la répétition de certaines cartes : deux rois, trois 6, quatre as, etc. On note également deux splendides cartes dans de bonnes couleurs : les deux 7, plus la paire de 2 et la paire de 4, c’està- dire deux voyages et deux maisons, selon la valeur absolue. On peut donner ici une règle d’interprétation : si la première ou la seconde carte est une figure, les quatre cartes du premier groupe se rapportent à cette figure car normalement les groupes de cartes se lisent horizontalement, à l’exception du dernier groupe de cinq cartes ; le sujet de l’action, lui, est représenté par la carte-sujet dont nous avons déjà cité toute l’importance.

Tous les articles sur Cartomancie