Je predis

Je Prédis

Historique de la cartomancie

C’est probablement aux Egyptiens que l’on doit l’invention des cartes : il s’agissait en l’occurrence de 78 piastres d’or pur sur lesquelles étaient gravés des hiéroglyphes et des mots mystérieux.

Ces 78 piastres composaient le Livre de Thot, qui représente le seul exemplaire échappé à la colère d’Omar, le khalife, lorsque celui-ci fit incendier la célèbre bibliothèque d’Alexandrie, en Egypte. En 1753, Etteilla, célèbre devin français, entreprit de rénover la cartomancie qu’il appela lui-même « la plus utile et la plus sublime des sciences ». Il retrouva le « grand jeu » ou Livre de Thot, attribua à chaque carte une signification à laquelle personne, avant lui, n’avait jamais pensé, et enseigna l’art et la manière de concilier la valeur de chaque signification pour révéler l’avenir.

C’est donc Etteilla qui, le premier, découvrit que le « jeu du tarot » ou « grand jeu » n’était rien d’autre que l’antique livre égyptien intitulé Livre de Thot.

A travers les siècles, les cartes subirent de nombreuses modifications et innovations : l’un des remaniements les plus typiques et les plus importants à cet égard fut celui qui eut lieu au cours de la Révolution française : les rois, les dames et les valets furent transformés de façon radicale ; chaque roi devint un génie (par exemple, le roi de coeur devint le génie de la guerre, le roi de carreau devint le génie du commerce, le roi de trèfle, le génie de la paix, le roi de pique, le génie des arts) ; les dames devinrent quatre libertés ; les valets, quatre égalités ; les as, quatre lois.

D’autres innovateurs allèrent encore plus loin : ils transformèrent les rois en savants, les nommant respectivement Solon, Caton, Rousseau, Brutus ; les dames en vertus : justice, prudence, union et force ; et les valets en héros. Seules, les couleurs, rouge et noir, ne subirent jamais aucune modification.

Tous les articles sur Cartomancie